DE L'IRRATIONNALITE DE MON CUL

Un jour, un homme, avec qui j’avais une relation non officielle, faite d'instants principalement corporels, généralement le soir entre 22h et 9h du matin, m’a dit : « T'as les plus belles fesses de toute l’Ile de France ».

Je ne suis pas complétement stupide, je ne pense pas que – nous l’appellerons Edgar – avait eu vent (expression risquée quand on parle de popotin) de tous les fessiers de l’Ile de France. Je savais donc que cela était faux. Toutefois, mon ego contenté décida de croire à cette déclaration.
CHOIX IRRATIONNEL mais essentiel.
Je défendrai donc ici l’idée qu’il est parfois essentiel d’être irrationnel.

Tous nos choix ne doivent pas être rationnel si on veut survivre au cynisme.

Alors oui pour survivre au cynisme de l’adulte déchu, croire qu’on a le plus beau cul de l’Ile de France est une solution.

Au-delà de la non-connaissance d’Edgar de tous les boules de la région parisienne, ne pas croire à cette déclaration, serait ce qui se rapproche le plus de la vérité : NON JE N’AI PAS LE BEAU CUL DE TOUT L’ILE DE FRANCE. JE LE SAIS.
Toutefois, qu’une part de moi laisse cette idée se répandre dans mon esprit comme dans mon corps, était quasiment vital.

Croire l’incroyable est un devoir de survie. Un devoir pour l’évolution de l’humanité.
Je vous prie donc de croire en l’absolue beauté de mon cul pour faire avancer le monde. 
Blague à part, croire est un choix.  J’ai fait le choix de croire.
On fait des choix qui nous rassure.
Celles et ceux qui ne font pas de choix, le font car ce non-choix, qui est déjà un choix, les rassure. C’est rassurant de ne pas choisir et de rester là – de rester las.

Avec Joséphine, on a décidé de monter D//CONSTRUCTION. C’était un choix. Irrationnel par endroits, très rationnel par d’autres.
Et finalement, la limite entre les deux est assez mince.

Essayer de faire bouger les lignes. Essayer de comprendre. Essayer d’inventer.

On a pas la prétention de croire qu’on va révolutionner quoique ce soit, mais on a l’audace de croire que c’est possible de créer d’autres imaginaires.

En décidant de croire l’irrationnel on commence à agir. C’est l’irrationnel qui nous sort du non-choix. Pas le rationnel.

C’est irrationnel de croire en l’amour, c’est irrationnel de monter une entreprise, c’est irrationnel de monter une entreprise à impact social dans un monde capitaliste, de monter une entreprise qui porte des messages féministes dans un monde patriarcal, c’est irrationnel de croire qu’on a le plus beau cul de l’Ile de France.

Mais bordel, c’est essentiel.

Les ami.e.s, j’ai un truc à vous dire, je les ai pas tous vus mais croyez-moi : vous avez le plus beau cul de la terre !
Mélody Banquet
 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés